Un projet Labex Arts H2H
 
Architectures de mémoire et multidiffusion

Colloque « Architectures de mémoire »
Dans trois lieux emblématiques des questions de mise en forme des mémoires

© SLIDERS [F. Curien, J.-M. Dallet]

Lundi 16 novembre, de 9h à 17h
Mardi 17 novembre, de 9h à 17h
Mercredi 18 novembre, de 9h à 16h30

Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis
Bibliothèque de l’Université de Saint-Denis
Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine

Gratuit et ouvert au public

Le modelage des bases de données et leur exploration constituent, suivant les mots de Lev Manovich, une nouvelle catégorie-clé de la culture, l’« info-esthétique ». Cette esthétique de l’information est fondée sur la description sémantique des contenus, sur leur lisibilité en somme, dont le moteur de recherche serait l’outil privilégié. La mise en forme de l’information, langagière mais aussi spatiale, apparaît alors comme une nouvelle façon de décrire et de représenter le monde.

 

Colloque organisé dans le cadre du Labex Arts-H2H, sous la direction de Jean-Marie Dallet (Université de Paris 8), et du NT2, sous la direction de Bertrand Gervais (UQAM).

 

Avec Silvio d’Ascia et Matthew Won Piker, Philippe d’Anfray, Dominique Cardon, Vincent Puig, Matthias Blanc et Cécile Picard-Limpens, Ariane Savoie, Frédéric Curien et Jean-Marie Dallet, Christophe Domino, George Legrady, Anne Yanover, Patrick Nardin, Bertrand Gervais, Larisa Dryansky, Claire Swyzen, Laurie Bellanca et Camille Louis, Bernadette Dufrene, Olivier Asselin, Aurélien Bambagioni, Yves Duthen, Carole Letrouit, Yann Potin, Marie Fraser, Arno Gisinger, Sylvano Santini, Emmanuel Guez, Pierre-Jean Truchot, Jean-Philippe Deslys, Marie-Laure Cazin, Jean-Louis Boissier.

 

Comité scientifique
Jean-Marie Dallet, Université de Paris 8
Bertrand Gervais, Université du Québec à Montréal

 

Coordination (UQAM)
Alice van der Klei, Coordonnatrice
Ariane Savoie, adjointe à la coordination
Observatoire de l’imaginaire contemporain / programme de recherche RADICAL

 

Coordination (Paris 8)
Benoît Montigné, Coordonnateur
Laboratoire TEAMeD, AI-AC
Pour toute information : benoit.montigne@etud.univ-paris8.fr

Programme
Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis

22 bis Rue Gabriel Péri, 93200 Saint-Denis. Métro Porte de Paris (ligne 13)

Accueil, petit déjeuner

Introduction
Jean-Marie Dallet, Bertrand Gervais

« La gare réelle, la gare virtuelle : le pôle d’échanges du futur »
Silvio d’Ascia et Matthew Won Piker, Silvio d’Ascia Architecture

 

Silvio d’Ascia Architecture est une agence qui s’investit à la transformation de nos lieux de vies les plus fréquentés, notamment les pôles d’échanges : stations de métro, gares régionales et TGV. On compte parmi ses réalisations les plus importantes la nouvelle Gare TGV Porta Susa à Turin, la Gare TGV de Besançon et la Gare Montesanto à Naples. Aujourd’hui l’agence travaille sur l’intermodalité du futur, et se dote d’un pôle de recherche interne dédié à ces questionnements
http://www.dascia.com/

« J'ai la mémoire qui flanche... »
Philippe d’Anfray, MaP-France-MARCEL

 

Philippe d'Anfray a travaillé au sein de divers organismes (EDF, ONERA, RENATER, Université Paris 13, CEA) dans les domaines du calcul intensif, des infrastructures distribuées, des grands volumes de données et des outils de travail collaboratif pour la recherche. En parallèle, le projet MaP (Multicast artist Platform) vise à utiliser certaines de ces techniques dans le monde de l'art pour développer une plate-forme de création collaborative.
http://www.mmmarcel.org/
http://www.map-marcel.fr/

Pause

« Algorithmes et représentation de l'information numérique »
Dominique Cardon, Orange Labs / Université de Marne la vallée

 

Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’Université de Marne la vallée. Ses travaux portent sur les usages d’Internet et les transformations de l’espace public numérique. Ses recherches récentes portent sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’autoproduction amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne. Il conduit aujourd’hui une analyse sociologique des algorithmes permettant d’organiser l’information sur le web.

 

« Archéologie des médias et tracéologie des datas »
Vincent Puig, IRI-Centre Pompidou

 

Praticien des relations culture, recherche et industrie depuis 1993 (Directeur de la valorisation scientifique à l’Ircam, Directeur Adjoint du Dpt. Développement Culturel du Centre Pompidou). Il fonde en 2008 avec Bernard Stiegler, l’Institut de recherche et d’innovation du Centre Pompidou. Il est membre du conseil d’administration d’Ars Industrialis, Vice-président de la commission services de Cap Digital, et membre du conseil scientifique de l’Institut Méditerranéen de Recherches Avancées d’Aix-Marseille (IMéRA).
http://www.iri.centrepompidou.fr

« Vers une topographie de l’archive visuelle : le dispositif V-Atlas du projet Visuall-tek »
Matthias Blanc, CNRS, Cécile Picard-Limpens, Université Lille 3

 

Docteur en Sociologie, Mathias Blanc a été lauréat du programme Fernand Braudel IFER-Outgoing (FMSH-Actions Marie Curie-Thyssen Stiftung) puis du DAAD pour poursuivre ses recherches postdoctorales en sociologie visuelle à l’Institut de sociologie de la Technische Universität de Berlin (2011-2013). Il est actuellement coordinateur du projet ANR VISUALL (2013-2017) au sein de l'Institut de Recherches Historiques du Septentrion (CNRS/Lille3). Ce projet interroge les liens entre sociologie visuelle et sciences de l’image dans le monde germanique (Bildwissenschaften). Ces recherches permettent notamment de concevoir des dispositifs numériques d’annotations visuelles qui valorisent la plasticité de l’image, les techniques de collage et de tracé. Les outils développés sont exploités en particulier pour étudier la distribution sociale d’un savoir par l’image en situation de médiation culturelle et scientifique.
https://visuall.hypotheses.org


Cecile picard-limpens, après un diplôme d’ingénieur en acoustique, obtient son doctorat en informatique (INRIA, Sophia-antipolis) sur la modélisation et synthèse sonore pour les environnement virtuels, puis travaille à la Haute Ecole de Musique de Génève (CH) et à Numédiart (Mons, BE) sur des projets de recherche mêlant synthèse sonore et interaction homme-machine. Elle travaille à l'heure actuelle pour le programme de recherches Sciences et Cultures du Visuel (SCV, Université Lille 3), où elle est en charge du montage et du suivi des projets scientifiques. Par ailleurs, elle est co-conceptrice du projet V-Atlas (Video Analysis TooL Assisted by Slitscan) imaginé par le sociologue Mathias Blanc (ANR VISUALL, IRHiS/CNRS-Université Lille 3, http://visuall.hypotheses.org/visuall-tek), qui consiste en un dispositif permettant l'organisation et la consultation d'un corpus filmique.

Pause

Discussion générale

Pause déjeuner

14h00 : « La base de données de Manovich : syntagme et paradigme »
Ariane Savoie, UQAM / Université catholique de Louvain

 

Ariane Savoie a fait des études universitaires en littérature, en scénarisation et en cinéma à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Montréal. Elle est présentement étudiante au doctorat et écrit sa thèse en cotutelle entre l’UQAM (département de sémiotique, sous la supervision de Bertrand Gervais) et l’Université catholique de Louvain, sous la direction de Michel Lisse). Savoie est bénéficiaire d’une bourse de recherche PAI du gouvernement belge et participe dans le cadre de sa thèse de doctorat au projet international Literature and Media Innovations dirigé par quatre universités. Sa thèse de doctorat explore les relations entre récit et base de données dans des œuvres hypermédiatiques et dans les installations muséales.

 

« Esthétique des databases »
Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet, SLIDERS_lab

 

Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet, SLIDERS_lab« Esthétique des databases » Le SLIDERS est un collectif d’artistes qui prend en compte un territoire esthétique émergeant autour des images animées, de l’archivage et du numérique. Une démarche qui s’étend actuellement aux formes contemporaines de représentation et de navigation dans les collections audiovisuelles. À eux trois, Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet et Hervé Jolly réunissent les mondes de la musique, de l’image et du code informatique.
http://www.sliderslab.com

 

 « Critical DataWar (KW) : une archive dans la culture de la guerre pour une méta-archive critique »
Christophe Domino, EPCC ESBA TALM

  

Christophe Domino est critique d’art. Il écrit sur l’art et la culture contemporains depuis les années 1990 pour divers supports (livre, radio et télévision, presse spécialisée —aujourd’hui pour le Journal des Arts—, édition universitaire et scientifique, catalogues institutionnels). Il conduit des projets d’exposition et d’édition, en France et à l’étranger. Enseignant-chercheur, il coordonne depuis 2007 Grande Image lab, unité de recherche au sein de l’ESBA TALM, au Mans.

Pause

« Présentation de deux projets, AutoVision et We Are Stardust »
George Legrady, artiste, UC Santa Barbara

 

George Legrady (Hongrie, Canada, Etats-Unis) est un artiste numérique dont le travail actuel s'articule autour de la visualisation de données, de l'interaction de caméra robotisée, et de la création de récits multi-images. Il a commencé à explorer dans les années 1990 le potentiel du traitement informatique dans la narration au travers d’installations interactives numériques exposées internationalement. Il est directeur du Experimental Visualization Lab, professeur et chef du département Media Arts & Technology à l'Université de Californie, Santa Barbara. 

« La base de données des collections, centre névralgique du musée ».
Intervention suivie d'une visite d'Eluard/Picasso
Anne Yanover, Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis

 

Historienne de l'art de formation, Anne Yanover est attachée de conservation du patrimoine et responsable du service des collections du musée d'art et d'histoire de Saint-Denis. Après un master consacré à l'art contemporain et son exposition, elle s'est spécialisée dans la documentation et la gestion des collections de musées, s'intéressant tout particulièrement aux questions soulevées par leur informatisation, notamment au cours des années passées au sein de l'équipe de coordination de l'association Videomuseum, réseau de collections publiques d'art moderne et contemporain.

Discussion générale

 Retour au sommaire
Bibliothèque de l’Université de Saint-Denis

2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis.
Métro Saint-Denis - Université (ligne 13)

Accueil, petit déjeuner

« Cinémas sans cinéastes »
Patrick Nardin, Université Paris 8

 

Patrick Nardin est maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, artiste et théoricien. Son travail plastique et théorique interroge les questions de l'image en mouvement dans le champ de l'art contemporain, en particulier l'usage de techniques obsolètes et leur confrontation aux nouveaux médias. Il est également  Président et co-fondateur du Centre d'art contemporain Faux Mouvement à Metz. Dernières parutions : Effacer-Défaire-Dérégler, Paris, L’Harmattan, Coll. Eidos, juin 2015, « Voir à Travers, de von Sternberg à Cécile Bart », in Frontières des écrans, (dir. S. Le Corre et F. Soulages), Paris, L’Harmattan, septembre 2015. 

« Esthétiques numériques : stratégies d’appropriation et de détournement»
Bertrand Gervais, UQAM

 

Bertrand Gervais est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en arts et littératures numériques, ainsi que le directeur du NT2, le Laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques (2004 - ). Fondateur et directeur (1999-2015) de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, il est professeur titulaire au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Il a publié des essais sur la lecture, la littérature américaine et l’imaginaire, de même que des romans, récits et nouvelles. Il s’intéresse aux arts et aux littératures numériques, aux pratiques littéraires contemporaines, de même qu’à l’imaginaire et à ses figures. Il vient de faire paraître Un défaut de fabrication. Élégie pour la main gauche, un essai sur la créativité aux éditions du Boréal (2014).
http://oic.uqam.ca/fr
http://nt2.uqam.ca/
http://revuebleuorange.org/
http://cenestecritnullepart.nt2.uqam.ca/
http://lmp.uqam.ca/

« Du document au monument. Les architectures de mémoire vidéographiques de Woody Vasulka »
Larisa Dryansky, INHA / Université Paris-Sorbonne

 

Larisa Dryansky est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne et conseillère scientifique du domaine Histoire de l’art contemporain à l’INHA. Parmi ses publications : « Paléofuturisme. Robert Smithson entre préhistoire et posthistoire » (Les Cahiers du MNAM, 2014) et « Sartrean Phenomenology and Postminimalism: On Some Works by Mel Bochner and Dan Graham » (French Theory and American Art, 2013). Elle codirige actuellement un numéro sur la projection pour la revue Intermédialités.

« La “dramaturgie database“ en temps réel ou évocation de « l’époque de la mémoire potentielle » : performance “A Broadcast/Looping Pieces“ (Forced Entertainment)
Claire Swyzen, Vrije Universiteit Brussel

 

Claire Swyzen réalise un doctorat à la Vrije Universiteit Brussel (B) au sein du consortium PAI international 'Literature and Media Innovation', dont Figura (UQAM) est partenaire. Avant sa recherche à la VUB, elle a été dramaturge, était engagée dans des projets de recherche-création, a enseigné l’écriture et la narratologie et a écrit des textes de théâtre. Elle a publié des livres sur le statut du texte dans le théâtre postdramatique et sur l'utilisation des sources orales dans le théâtre contemporain.
http://www.vub.ac.be/TALK/?q=user/29306

 « Texture de mémoires »
Laurie Bellanca et Camille Louis, Collectif kom.post

 

Kom.post est un collectif interdisciplinaire, créé en janvier 2009 à Berlin, ce collectif s’est toujours pensé comme un processus de créations répétées, non orienté par une fin productive unique, et devant sans cesse repenser ses formats et outils en regard des contextes (géographiques, sociétaux, politiques) dans lesquels il intervient.Allant de l’installation in situ, aux dispositifs alliant débat et performances, en passant par des propositions dramaturgiques multimédia ou diverses oeuvres conversationnelles…. chaque réalisation semble nourrir la suivante, moins sous la logique d’un progrès continu et homogène que sous celle de la perturbation interne qui, rejouée en chaque point, sait donner à l’ensemble l’énergie d’une composition-recomposition permanente.Engageant dans un processus de création pluridisciplinaire un ensemble d’artistes et théoriciens, ce groupe de recherche entend complexifier la tendance contemporaine du « tout participatif » en interrogeant et bouleversant sans cesse la triade réception/contribution/création pour la rendre à son potentiel de pluralisation des voix, caractéristique de l’expérience artistique. Cette attention permanente portée à ce qui fait, aujourd’hui, l’activité du spectateur et sa part dans la création contemporaine, déplace kom.post sur le terrain des nouvelles formes de réception, des nouveaux médias comme des pratiques détournées de médiation.
http://kompost.me/

Discussion générale

Pause déjeuner

« Le patrimoine comme architecture de mémoire »
Bernadette Dufrene, Université Paris 8

 

Bernadette Dufrene enseigne à l’université Paris 8 les questions de muséologie et de médiation culturelle. Spécialiste de l'histoire du Centre Pompidou, elle a également dirigé de nombreux ouvrages sur les patrimoines numériques (Numérisation du patrimoine Quels accès ? Quelles médiations ? Quelles cultures ?, Hermann, 2013), les humanités numériques et les nouvelles formes de médiation (Heritage and Digital Humanities, LIT Verlag, 2014 ; Patrimoines du Maghreb à l'ère numérique, Hermann-APIC, 2014 ).

« La mémoire géolocalisée »
Olivier Asselin, Université de Montréal

 

Olivier Asselin est professeur titulaire au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l'Université de Montréal, où il enseigne l’art contemporain, le cinéma élargi et les arts médiatiques. Il a co-dirigé Precarious Visualities: New Perspectives on Identification in Contemporary Art and Visual Culture (avec J. Lamoureux et C. Ross, McGill-Queen’s University Press), L’Ère électrique / The Electric Age (avec A. Oberhuber et S. Mariniello, Presses de l’Université d’Ottawa) et Menlo Park. Trois machines uchroniques (avec S. Leblanc et D. Tomas, Presses de l’Université Laval). Récemment, il a contribué aux recueils Cartographies of Place: Ways of Representing the Urban (dirigé par M. Darroch et J. Marchessault, Mc Gill-Queen’s University Press) et 3D Cinema and Beyond, dirigé par D. Adler, J. Marchessault, and S. Obradovic, Intellect Ltd. avec University of Chicago Press).

« Play with the files »
Aurélien Bambagioni, EESI / Incandescence

 

Incandescence est un studio de création crée à Paris en 2000 sous l’impulsion d’Étienne Mineur. Spécialisé dans le design graphique et ergonomique, Incandescence conçoit, produit et réalise des produits prints, numériques, vidéos et interactifs.
http://www.incandescence.com

Pause

« Morphogenèse de systèmes : développement d’une mémoire
connexioniste »
Yves Duthen, IRIT

 

Yves Duthen, professeur d'informatique, dirige des recherches en Vie Artificielle et Réalité Virtuelle dans l'équipe VORTEX de l'Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT). Docteur en informatique en 1983 puis Habilité à Diriger de Recherches en 1993, il a travaillé successivement dans les domaines de la synthèse d’images et des machines parallèles puis de la simulation comportementale d’avatars jusqu’à la synthèse de créatures artificielles. La spécificité de son domaine de recherche repose sur l’exploitation de mécanismes évolutionnaires pour faire émerger par « évolution » des solutions à un problème donné, les travaux de son équipe portent actuellement sur la morphogenèse de systèmes complexes.

« Quelques traces de mémoire en bibliothèque »
Carole Letrouit, Bibliothèque de l'université Paris 8

 

Après des études universitaires en philosophie et en allemand, a obtenu le diplôme supérieur de l’Institut national des techniques de la documentation du CNAM, a travaillé brièvement en tant  que documentaliste dans le privé avant de passer avec succès le concours de conservateur des bibliothèques. A exercé d’abord au Service commun de la documentation de l’université Lyon3 où elle a développé ses compétences dans le champ des services numériques (1993-1998), puis à l’université Paris Descartes où elle a occupé les fonctions de directrice adjointe du Service commun de la documentation (1998-2008) tout en étant chargée de mission pour l’accès distant aux ressources documentaires numériques par le consortium national Couperin.  Est devenue directrice du Service commun de la documentation, autrement de la bibliothèque universitaire, de Paris 8 en janvier 2009.  Vice-présidente de l’Association des personnels de direction des bibliothèques universitaires françaises depuis 2011

Discussion générale

 Retour au sommaire
Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

59 Rue Guynemer, 93383 Pierrefitte-sur-Seine. Métro Saint-Denis - Université (ligne 13)

Accueil, petit déjeuner

 « Un ouvroir de données potentielles ? Entre ordonnancement prospectif et accumulation régressive, réflexions sur l'architecture paradoxale des Archives »
Yann Potin, Archives nationales / Université Paris-Nord

 

Yann POTIN (27/10/1975), agrégé d'histoire, ancien élève de l'Ecole normale supérieure (Lettres et Sciences humaines, 1996-2000), agrégé d'histoire (1998), archiviste-paléographe (2007), est chargé d'études documentaires aux Archives nationales (Département Education, Culture et et Affaires sociales), maître de conférence associé en histoire du droit à l'Université Paris-Nord (CERAL) et chercheur associé à l'Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC, UMR 8588). Il est responsable des archives historiques qui témoignent de l'entrée, de la constitution et de la consultation des fonds des Archives nationales depuis 1790. Spécialiste d'histoire du patrimoine et des collections (du trésor au musée), ses travaux portent sur l’histoire des pratiques et des représentations des archives sur la longue durée (du Moyen âge à l'époque contemporaine), ainsi que sur la méthode et la construction des sources de l'écriture historique (notamment dans le cadre de la revue Genèse. Sciences sociales et Histoire dont il est membre du comité de rédaction).

« L’Ars memoriae, l’ordinateur et la cité »
Marie Fraser, UQAM

 

Marie Fraser est professeure en histoire de l’art et en muséologie à l’Université du Québec à Montréal et membre de Figura, centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de Montréal, ses recherches récentes portent sur la transformation des régimes narratifs et temporels dans l’art contemporain. Elle étudie plus particulièrement les phénomènes de réactualisation et d’anachronisme à travers des œuvres, des expositions et des collections muséales. Commissaire d’exposition reconnue, elle a organisé près d’une trentaine d’expositions et a été conservatrice en chef au Musée d’art contemporain de Montréal, de 2010 à 2013. Elle est actuellement commissaire de l’exposition du collectif BGL dans le pavillon du Canada à la 56ème Biennale de Venise. 

 « Nouvelles histoires de fantômes (2012-2014). Retour sur un projet réalisé par Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger »
Arno Gisinger, Université Paris 8

 

Arno Gisinger développe depuis plusieurs années une pratique artistique singulière qui lie photographie et historiographie. Son travail met à l’épreuve la représentation visuelle du passé et interroge le statut des images photographiques. Entre 2012 et 2014, il conduit en parallèle deux projets majeurs qui expérimentent les transformations des images confrontées aux différentes conditions des espaces d’exposition. Topoï propose une reconfiguration de ses travaux majeurs, tandis qu’Atlas, suite (réalisé en collaboration avec le philosophe Georges Didi-Huberman) interroge les relations complexes entre les œuvres d’art et leur interprétation photographique.

Pause

 « Vitesse et mémoire. Exploration actuelle d’Immemory de Chris Marker »
Sylvano Santini, UQAM

  

Sylvano Santini est professeur régulier au département d’études littéraires et directeur du programme de doctorat en sémiologie de l’Université du Québec à Montréal. Il y enseigne la sémiologie tardive, les théories du rapport entre le texte et l’image et les avant-gardes. Ses recherches portent présentement sur la « cinéfiction », concept qu’il a créé pour définir le rapport performatif de la littérature au cinéma. Chercheur régulier au centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (Figura) à l’UQAM, il dirige également la revue Spirale. 

« Vie et mort des œuvres d'art numériques »
Emmanuel Guez, PAMAL / École Supérieure d'Art d'Avignon

 

Emmanuel Guez est artiste, théoricien, commissaire d'exposition et enseignant. Il est directeur de l'unité de recherche PAMAL (Preservation & Art - Media Archaeology Lab) à l'École Supérieure d'Art d'Avignon.
http://emmanuelguez.info
http://writingmachines.org
http://readingclub.fr
http://pamal.org

Discussion générale

Pause déjeuner

« Bergson, architecte de la mémoire : éléments pour une esthétique de l'accès aux informations »
Pierre-Jean Truchot, Université de Poitiers

 

Né en 1963 dans le Morvan, docteur en philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur au laboratoire FoRell « Poétiques de la représentation » de l’Université de Poitiers. Sa thèse peut se résumer en une histoire de la peinture occidentale à la lumière des concepts de mouvement et de temps. Il est l’auteur de nombreux articles portant sur la pensée et l’esthétique de Bergson, sur les rapports entre textes et images et sur la philosophie de l’art au XVIIIe siècle. Il écrit également sur l’art contemporain en collaboration avec des artistes comme Bruno Serralongue, Julien Berthier, Vincent Ganivet. D’autres publications portent sur les serious games et les arts games. Auteur de deux ouvrages aux éditions Marguerite Waknine Le Théorème de Staël et Paul Bril, deux éternités. Lauréat d’une bourse du CNL en 2014, il vient de terminer de rédiger un essai intitulé L’art (d’être) idiot. Il vit à Angoulême et est professeur de philosophie.

« Formation de la mémoire et phénomènes de neurodégénérescence : les nouvelles facettes des mécanismes de type prion »
Jean-Philippe Deslys, CEA

 

Docteur en médecine, docteur ès sciences, directeur de recherche au CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) et chef de service, Jean-Philippe Deslys est spécialiste des maladies à prions. Il est l'auteur de plus de cent publications dans des revues scientifiques internationales, portant sur les principaux aspects appliqués de ce domaine de recherche (diagnostic des maladies à prions, techniques de décontamination, évaluation du risque et les approches thérapeutiques dans différents modèles expérimentaux) ainsi que sur les mécanismes sous-tendant ces pathologies. Son travail a donné lieu à différents brevets dont ceux sous-tendant le test prion qui a été le plus utilisé dans le monde pour lutter contre l’encéphalopathie spongiforme bovine (maladie dite de la « vache folle »). Il a aussi écrit à l’époque un livre sur cette maladie (téléchargeable gratuitement à l’adresse suivante http://www.neuroprion.org/resources/pdf_docs/documentation/vachefolle_deslys.pdf). Son groupe de recherche fait partie des laboratoires associés au Centre national de référence (CNR) des agents transmissibles non conventionnels (ATNC) et possède des installations de haute sécurité microbiologique de niveau 3 dédiées permettant notamment la manipulation de ces agents dans différents modèles animaux (plateforme de recherche NeuroPrion). Depuis plusieurs années, ses centres d’intérêt se sont étendus aux connections entre protéine du prion et maladie d’Alzheimer et aux mécanismes de type prion qui sous-tendent la plupart des maladies neurodégénératives humaines ainsi qu’apparemment les phénomènes de mémoire à long terme. Son groupe développe de nouveaux outils pour étudier ces différents phénomènes dans une logique d’expertise collective (projet d’investissement d’avenir 3D NeuroSecure) et a mis en place avec succès de nouveaux modèles d’IPSc (cellules humaines adultes reprogrammées en cellules souches) et de mini-cerveaux en culture 3D qui offrent de toutes nouvelles perspectives pour les futurs développements thérapeutiques.

 « Les données invisibles dans le Cinéma émotif »
Marie-Laure Cazin, artiste

 

Marie-Laure Cazin enseigne à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts ESBA-TALM, site Le Mans et à l'UFR d'Arts Plastiques de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa recherche artistique se positionne au croisement du cinéma et des nouvelles technologies pour développer des dispositifs expérimentaux, les Living Cinema, dans lesquels les spectateurs ou des performeurs sur scène font varier le film en temps réel, agissant sur certains éléments comme la vitesse, la colorimétrie ou le montage. Son dernier projet, le Cinéma Émotif, est un prototype de cinéma interactif où les ondes cérébrales des spectateurs interagissent avec le film en temps réel.
http://www.marielaurecazin.net
http://www.facebook.com/lecinemaemotif?ref=hl

Pause

 « Édification de collections sans classification »
Jean-Louis Boissier, Université Paris 8

  

Professeur émérite en art, directeur de recherche en nouveaux médias, Université Paris 8. Artiste et commissaire d’expositions. Fondateur et directeur artistique de la biennale Artifices (Saint-Denis, 1990-1996). Co-commissaire de la Revue virtuelle (Centre Pompidou, 1991-1996). Concepteur des cycles Jouable (Genève, Kyoto, Paris, 2002-2004) et Mobilisable (2008-2013). Ses installations interactives ont été exposées internationalement. Auteur de La Relation comme forme, l’interactivité en art (Mamco, Genève, 2004 et 2009).

Discussion générale

Clôture du colloque, Jean-Marie Dallet, Bertrand Gervais

 Retour au sommaire

Ajouter un commentaire

Un projet Labex Arts H2H