Un projet Labex Arts H2H
 
Architectures de mémoire et multidiffusion

Architectures de mémoire, aux Archives nationales
Journée d'étude

© SLIDERS [F. Curien, J.-M. Dallet

jeudi 11 décembre 2014, de 9h à 18h

Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine

Gratuit et ouvert au public

Le modelage des bases de données et leur exploration constituent, suivant les mots de Lev Manovich, une nouvelle catégorie-clé de la culture, l’« info-esthétique ». Cette esthétique de l’information est fondée sur la description sémantique des contenus, sur leur lisibilité en somme, dont le moteur de recherche serait l’outil privilégié. La mise en forme de l’information, langagière mais aussi spatiale, apparaît alors comme une nouvelle façon de décrire et de représenter le monde.

 

Journée organisée dans le cadre du Labex Arts-H2H, sous la direction de Jean-Marie Dallet (Université de Paris 8), et du NT2, sous la direction de Bertrand Gervais (UQAM).

 

Avec Pierre Marcotte, Pierre-Jean Truchot, Philippe d’Anfray, Laurie Bellanca, Camille Louis, Vincent Puig, Don Foresta, Patrick Nardin, Jean-Jacques Gay, Marie Fraser, Bernadette Dufrene, Julien Gachadoat, Michaël Zancan, Marie Laure Cazin, Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet, Christophe Domino, Silvio d’Ascia et Matthew Piker.

  

Comité scientifique
Jean-Marie Dallet, Université de Paris 8
Bertrand Gervais, Université du Québec à Montréal

 

Coordination (UQAM)
Alice van der Klei, Coordonnatrice
Ariane Savoie, adjointe à la coordination
Observatoire de l’imaginaire contemporain / programme de recherche RADICAL

 

Coordination (Paris 8)
Benoît Montigné, Coordonnateur
Laboratoire TEAMeD, AI-AC
Pour toute information : benoit.montigne@etud.univ-paris8.fr

 

Programme
Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine

59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine

Métro 
Saint-Denis Université (Ligne 13)



 

Accueil, petit déjeuner 

Introduction, Jean-Marie Dallet

Pierre Marcotte, Archives Nationales
« Les belles charpentes d'autrefois : les bases de données à l'épreuve du temps »

 

Pierre Marcotte est diplômé de l'Ecole nationale des chartes et de l'Institut national du Patrimoine. Il a rejoint en 2013 le département de l'archivage électronique et des archives audiovisuelles des Archives nationales, où il est devenu chef de projet métier au sein du projet ADAMANT. Ce projet doit permettre aux Archives nationales d'assurer la continuité de leurs missions dans l'environnement numérique, du point de vue des infrastructures comme de l'organisation opérationnelle.

Pierre-Jean Truchot, philosophe
« Les mécanismes de la mémoire et de l'oubli chez Bergson »

 

Pierre Jean Truchot est docteur en philosophie des arts de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur associé au laboratoire Forell B1 de l'université de Poitiers. L'un des axes de ses travaux portent sur le bergsonisme, il est l'auteur d'un article pour la revue Philosophie des éditions de Minuit intitulé Pour une esthétique bergsonienne. Lauréat d'une bourse du CNL, il rédige actuellement un long essai sur l'idiotie et les arts.

Philippe d’Anfray, CEA
« Données : des fondations (Data Bases) aux grands ensembles (Big Data) »

 

Philippe d'Anfray est ingénieur chercheur au CEA et enseigne aussi à l'Université Paris 13. Spécialités et domaines de prédilection : les langages informatiques, le calcul haute performance et le travail collaboratif ; mais les collaborations dans ce contexte consistent justement à travailler sur les grands volumes de données issus de la simulation. Le travail sur les données rentre aussi dans le cadre des activités de la société savante Aristote dont Philippe d'Anfray a été le responsable scientifique ces six dernières années.

Laurie Bellanca, Camille Louis, kom.post
« Ex-formation »

 

Créé en janvier 2009 à Berlin, kom.post est un collectif réunissant artistes et chercheurs de différentes provenances (géographiques comme disciplinaires), non pas autour d’une “production” mais d’un processus de recherche qui se “branche” au terrain sur lequel il prend pied : le présent dit de la “postmodernité”. Allant contre le diagnostic de la “fin” sans pour autant tomber dans le culte de l’innovation, kom.post se tient “entre” et fait de cet “entre” l’espace de ces créations et rencontres avec les spectateurs. Dispositifs conversationnels, expériences radiophoniques, choralités dissensuelles ou déambulation sonore... Les formes se reprennent et se transforment en fonction de chaque contexte, toujours selon la même exigence : il s’agira juste de faire expérience.

http://www.kompost.me

Pause

Vincent Puig, IRI -Centre Pompidou
« Ecritures contributives et herméneutique numérique à l’âge des datas »

 

Praticien des relations culture, recherche et industrie depuis 1993 (Directeur de la valorisation scientifique à l’Ircam, Directeur Adjoint du Dpt. Développement Culturel du Centre Pompidou). Il fonde en 2008 avec Bernard Stiegler, l’Institut de recherche et d’innovation du Centre Pompidou. Il est membre du conseil d’administration d’Ars Industrialis, président de la communauté Culture, Presse & Média de Cap Digital, et membre du conseil scientifique de l’Institut Méditerranéen de Recherches Avancées d’Aix-Marseille (IméRA).

http://www.iri.centrepompidou.fr
http://penserimproviser.org
http://digital-studies.org

Don Foresta, Fondation MARCEL
« Sauvez l’art vidéo -les Vasulkas »

 

Don Foresta est artiste et théoricien de l'art et a longtemps enseigné dans le département vidéo à l’École nationale des arts décoratifs (ENSAD), Paris, France. Ses recherches portent plus particulièrement sur les nouvelles technologies. Il travaille ainsi depuis plus de 25 ans au développement du réseau comme pratique artistique. Au sein du “Café électronique” tout d’abord puis du studio Images de la Villette ensuite. Il est actuellement coordinateur du réseau MARCEL (Multimedia Art Research Centres and Electronic Laboratories). Il est l’auteur de Mondes multiples (Boutique à signes, 1991), ouvrage qui introduit à une réfexion sur les nouvelles perceptions de la réalité et prend aussi position dans le débat esthétique. Le livre développe des théories sur la relation entre l'art et la science, l'art et les nouvelles technologies, le rôle de l'artiste comme chercheur. Il fait également partie d’un groupe de réfexion au Collège de France, Gramhona.

http://www.donforesta.net
http://www.mmmarcel.org

Patrick Nardin, Laboratoire AI-AC, Université Paris 8
« Godzilla reloaded »

 

Patrick Nardin est maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, artiste et théoricien. Son travail plastique et théorique s’attache aux problématiques de l'image en mouvement dans le champ de l'art contemporain, en particulier l'exploitation de techniques obsolètes et leur confrontation aux nouveaux médias. Parmi ses textes les plus récents : “Un cinéma en pièces détachées”, in Esthétiques de l’écran, (dir. E. Bonnet 2013), “La dissipation du contour”, in Les frontières du fou (dir. P. Martin, 2014), “Images brûlées, la poésie du reste / une pornographie foue” in Les frontières du fou au cinéma (2014), “Voir à Travers, de von Sternberg à Cécile Bart”, in Frontière-vitrine-écran (dir. F. Soulages, 2014). A paraître, un essai : Effacer-Défaire-Dérégler, 2015.

Pause

Discussion générale

Pause déjeuner, buffet aux Archives Nationales 

Jean-Jacques Gay, laboratoire Paragraphe/CITU, Université Paris 8
« Patrimoine, Spectacles et Spectateurs, un GameDoc nomade dans la mémoire des Théâtres de Paris au XIXe »

 

Aux origines de synesthésie.com, auteur, réalisateur, curateur et critique d'art indépendant (membre de l'AICA), enseignant-chercheur au CITU (laboratoire Paragraphe, Paris 8), membre du collectif SPAMM et président de la commission des écritures et formes émergentes de la SCAM, Jean Jacques Gay étudie les médias digitaux interactifs, les narrations linéaires ou pas, et leurs nouvelles formes de « monstrations ».

Marie Fraser, Département d’histoire de l’art, UQAM
« Les mondes numériques : représentation et mémoire de stockage »

 

Marie Fraser est professeure au département d’histoire de l’art et aux programmes de muséologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle est membre de Figura, centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, et du NT2, le laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques.

Bernadette Dufrene, Université Paris 8
« Le patrimoine comme “architecture de mémoire” »

 

Bernadette Dufrene enseigne à l’université Paris 8 les questions de muséologie et de médiation culturelle. Spécialiste de l'histoire du Centre Pompidou, elle a également dirigé de nombreux ouvrages sur les patrimoines numériques (Numérisation du patrimoine Quels accès ? Quelles médiations ? Quelles cultures ?, Hermann, 2013), les humanités numériques et les nouvelles formes de médiation (Heritage and Digital Humanities, LIT Verlag, 2014 ; Patrimoines du Maghreb à l'ère numérique, Hermann-APIC, 2014 ).

Julien Gachadoat, Michaël Zancan, Studio 2Roqs
« Entre instantané et histoire : deux digressions de la mémoire par l'art numérique »

 

2Roqs est un studio bordelais de design d'interaction, fondé en 2004 par Michaël Zancan et Julien Gachadoat. Il est reconnu pour sa pratique cultivée et experte de la programmation créative, qui s'exerce dans trois domaines : art contemporain, muséographie et enseignement / expérimental.
http://www.2roqs.fr

Pause

Marie Laure Cazin, ESBA TALM
« Le Cinéma Émotif »

 

Marie-Laure Cazin enseigne à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts ESBA-TALM, site Le Mans et à l'UFR d'Arts Plastiques de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa recherche artistique se positionne au croisement du cinéma et des nouvelles technologies pour développer des dispositifs expérimentaux, les Living Cinema, dans lesquels les spectateurs ou des performeurs sur scène font varier le film en temps réel, agissant sur certains éléments comme la vitesse, la colorimétrie ou le montage. Son dernier projet, le Cinéma Émotif, est un prototype de cinéma interactif où les ondes cérébrales des spectateurs interagissent avec le film en temps réel.
http://www.marielaurecazin.net
http://www.facebook.com/lecinemaemotif?ref=hl

Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet, SLIDERS_lab

« Esthétique des databases »

 

Le SLIDERS est un collectif d’artistes qui prend en compte un territoire esthétique émergeant autour des images animées, de l’archivage et du numérique. Une démarche qui s’étend actuellement aux formes contemporaines de représentation et de navigation dans les collections audiovisuelles. À eux trois, Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet et Hervé Jolly réunissent les mondes de la musique, de l’image et du code informatique.
http://www.sliderslab.com

Christophe Domino, ESBA TALM
« Une archive critique pour l'Institut pour l'abolition de la guerre (Krzysztof Wodiczko) »

 

Christophe Domino écrit sur l’art et la culture contemporaine depuis le courant des années 1980 pour divers supports (livre, radio et télévision, presse et presse spécialisée, édition académique). Il a publié une dizaine de livres. Il conduit des projets d’exposition et la production d’événements. Il est aussi enseignant chercheur à l’ESBA TALM au Mans et à l’initiative du Grande Image Lab.

Silvio d’Ascia, gérant et Matthew Piker, collaborateur de l’agence Silvio d’Ascia Architecture
« Everyone needs a data center : l’architecture du numérique »

 

Fondée en 2001, l’agence Silvio d’Ascia Architecture se centre sur la recherche d’une nouvelle forme d’urbanité, à la fois contextuelle et innovante. Parmi ses principales références se trouvent la nouvelle gare TGV de Turin, nommée Meilleure gare du monde 2013, le nouveau data center pour la RATP en région parisienne et la valorisation de la Fondation Maeght à Saint Paul de Vence. Aujourd’hui l’agence se dote d’un savoir-faire technique qui l’aide à concevoir de véritables complexes technologiques à travers toute échelle.

http://www.dascia.com

Pause

Discussion générale

Un projet Labex Arts H2H